John Gallop et 10 jours pour jouer un grand rôle

En juin 2022, trois des plus généreux mécènes du Centaur ont accepté de verser l’équivalent des dons jusqu’à concurrence de 15 000$ durant notre campagne 10 jours pour jouer un grand rôle. Ces dons jumelés nous ont permis d’amasser la somme impressionnante de 30 344$, essentielle au fonctionnement de notre théâtre!

L’un de ces dons jumelés provenait de John Gallop, un des amis les plus fidèles et dévoués du Centaur. Non seulement a-t-il offert ce don jumelé lors de cette campagne, mais John est aussi membre de la Société Imagination et a prévu un don pour le Centaur dans son testament. Lorsqu’on lui demande d’où lui vient cette passion pour le théâtre, voici sa réponse fascinante :

D’où me vient cette passion pour le théâtre, malgré une vie professionnelle consacrée aux mathématiques, aux ordinateurs et à la gestion financière?

De nombreux souvenirs! Ceux du Children’s Theatre, sous la direction de Dorothy Davis et Violet Walters, au Victoria Hall de Westmount, pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Recherchez-le.) Après la guerre, Wayne and Shuster, dans des pantomimes de Noël dans le style britannique, au Majesty’s Theatre, sur la rue Guy. C’est aussi là qu’à la fin des années 40, j’ai assisté à une représentation de Back to Methuselah, une pièce rarement jouée de George Bernard Shaw, avec en vedette l’étoile hollywoodienne, Victor Mature, celui qui affrontait les lions dans ces épopées bibliques de l’époque. (Recherchez-le.)

À la même époque, je lisais pour le plaisir les pièces de Shaw. Je possède encore plusieurs éditions de poche de Penguin, à 50 cents l’exemplaire (mais je crois que les caractères d’imprimerie ont rapetissé). L’avantage, c’était de profiter des prologues fouillés et captivants de Shaw, qui n’apparaissent pas dans les programmes de théâtre.

John Gallop sur le portique du Théâtre Centaur lisant une copie de poche Penguin de Back to Methusaleh de Bernard Shaw. Photo par Lucy Earle.

Faisons un bond de 10 ans pour mon anecdote de théâtre préférée. En 1957, je venais d’être diplômé de l’Université Bishop et je participais à une formation de six semaines dans les bureaux torontois d’IBM à l’époque pionnière des cartes perforées d’ordinateurs.

C’était la première année du théâtre permanent du Festival Shakespeare de Stratford (présenté sous une tente depuis cinq ans). Le Toronto Telegram proposait des Telly Tuesday Tours pour assister au Festival de Stratford. J’ai littéralement sauté dans le train : la balade incluait une place dans le train, le Telegram sur votre siège, un bref arrêt à Brantford pour remettre aux dames une rose Dale autographiée, un bus pour se rendre au souper à l’église et une représentation précédée par une étonnante fanfare de trompettes sur la terrasse et le retour à Toronto vers 2 heures de la nuit.

La pièce? Hamlet, avec dans le rôle-titre, Christopher Plummer! Le coût total : 12$!

Vous savez maintenant d’où vient mon ardent soutien au théâtre et au Centaur présentement et dans mon testament!

De la collection personnelle de John Gallop: un talon de billet d’une représentation de mai 1972 de Blood Knot d’Athol Fugard au Centaur Theatre. Prix ​​total 2,57 $!

Grâce aux généreux dons de John, le Centaur est bien déterminé à continuer d’offrir des expériences théâtrales marquantes au public montréalais dans les nombreuses années à venir. Pour savoir comment vous joindre à la Société Imagination du Centaur, cliquez ici.

Retour à La Société Imagination