Gallery Exhibit

Chien d’ombre – Normand Hamel

du 23 janvier pendant Paradise Lost.

abstract sculpture

Les créatures improbables et poétiques qui peuplent la nouvelle exposition de Normand Hamel ne sont ni des animaux, ni des minéraux, ni des robots. Êtres fantasmagoriques tirés d’un imaginaire de fin du monde, ils avancent comme les derniers survivants d’une civilisation perdue. Leurs corps troués d’espace semblent tantôt s’élancer vers le ciel, tantôt ramper au sol, tantôt se laisser traverser, inertes, par la lumière.

Sur un squelette fait d’une armature de fer, l’artiste tend une étamine de coton pour lui donner la forme et l’élan de bêtes en mouvement. Recouvert d’un mélange de brou de noix et de colle, le tissu se fige dans une immobilité d’airain, mimant la densité du bronze. Alliant technique et intuition, le sculpteur invente ici une matérialité nouvelle, créant un monde autre, imaginaire, ludique, porteur d’espoir.

Les 13 pièces présentées ici s’inscrivent dans la continuité d’une œuvre instinctive tout autant que conceptuelle, marquant un nouveau jalon dans une pratique qui ne cesse de se renouveler.

                                                                                                                -Pascale Milot